Exposition Merinos d'Arles Antique® : 30 ans d'aventure

Il y a 30 ans, Pierre Brun, 7ème génération de dirigeants de la manufacture Brun de Vian-Tiran, invitait le négociant en laines Claude Gutapfel, spécialiste des laines de notre région, à partir en quête du Mérinos d’Arles Antique®.

Le Bâtiment

Le choix du bâtiment qui accueille La Filaventure était évident,  puisqu’il s’agit d’une aile historique des bâtiments de Brun de  Vian-Tiran, un ancien “moulin à foulon”. Situé sur le tour de ville,  à la confluence des deux principales entrées de la ville et à  seulement 100 mètres de la gare, doté d’un parvis de 1200 m², il  était tout approprié pour créer un lieu de vie et de partage.

Ce lieu est attesté par un plan de 1793 comme “moulin Paroir”. Un paroir, parfois aussi appelé “paradou”, était un moulin contenant des “foulons” dont les pilons frappaient des étoffes plongées dans un bain d’eau et d’argile afin de les dégraisser, les assouplir et les feutrer. Dans le contexte de la ville drapière qu’était l’Isle-sur-la-Sorgue depuis le XIIIème siècle, des roues à aubes actionnaient de tels foulons pour y feutrer des draps de laine et des couvertures.

Elle a servi à teindre les uniformes militaires de l’Empire. Elle fut définitivement remplacée, au tout début de la première guerre mondiale, par des colorants de synthèse élaborés à base d’aniline.

À la charnière du XXème siècle, l’usine de Valabrègue, après son rachat par une branche de la famille Brun, renoua avec son passé textile en devenant une extension de la manufacture du Moulin Vert située sur l’emplacement actuel du “Village des Antiquaires de la Gare”.

“La valabrègue”, comme on la surnomme, bénéficie de la chute d’eau la plus importante de la ville de l’Isle.

En 1822, le site fut transformé en moulin à garance et à partir de 1851, il connut, entre les mains de la famille Valabrègue de Carpentras, d’importants développements. Fournissant un colorant rouge, la garance est une plante tinctoriale amenée dans notre département par Jean Althen.

Une puissante roue, toujours visible, actionnait les ateliers de foulage et de préparation à la filature : louvetage, effilochage, ensimage… et les ateliers de mécanique. Après la fermeture du Moulin Vert en 1966, l’aile ouest de cet ensemble industriel devint les ateliers de finition et de conditionnement de la Manufacture Brun de Vian Tiran.

En 2016, Pierre et Jean-Louis Brun, désireux depuis longtemps de créer un musée pour partager leur métier avec le public, eurent l’occasion d’acquérir l’aile est.

C’est un lourd chantier qui s’engagea alors pour aménager les abords et consolider ce bâtiment de 600m².

La restauration devait se faire dans le plus grand respect des règles d’urbanisme, sous le contrôle des Architectes des Bâtiments de France car le tour de ville de l’Isle-sur-la-Sorgue est classé et sur les conseils du Directeur du Patrimoine et historien de la ville, François Guyonnet

Le projet fut confié à Christian Ruynat, architecte en Avignon, en tant que maître d’œuvre. La restauration requit de lourds travaux de remise en état.

Il fallut renforcer les poutres maîtresses du plancher et soutenir le sol du rez-de-chaussée par vingt-cinq micropieux de 7 mètres de profondeur… car, nous devons le préciser, à l’Isle-sur-la-Sorgue, tout comme à Venise, du fait des sédiments abondants et de l’absence de socle rocheux proche, on construit sur pilotis !

Tout fut ainsi réalisé dans le respect de la dimension historique du bâtiment.

L’agence Abaque, maître d’œuvre pour le Musée sensoriel, mit à profit les 300 m² du premier étage pour concevoir un parcours de découverte à travers les trois grandes composantes de notre métier : une quête des fibres nobles sur tous les continents, la conception et la création d’étoffes inspirées par la nature, et la fabrication intégrale des étoffes de la balle de laine à l’article fini.

L’agence Bayadères, maître d’œuvre pour la Boutique, conçut l’agencement des 160 m² du rez-dechaussée en mettant en valeur les matières brutes : poutres, parois… en total contraste avec la douceur et les coloris des châles, écharpes et couvertures qui y sont présentés.

Pierre et Jean-Louis Brun sont aujourd’hui heureux de vous accueillir dans un lieu à l’image de la manufacture Brun de Vian-Tiran : un fort ancrage historique dans le passé textile de notre ville, un respect de la tradition, une conception aujourd’hui résolument contemporaine et un partage des valeurs de naturalité, de savoir-faire et de douceur.

Inscrivez-vous dès aujourd'hui
à notre Newsletter